Viktor Schauberger (1885 -1958) était un authentique génie, qui inspire encore aujourd’hui toutes les différentes facettes du Géobiotantra. Naturaliste autrichien et un pionnier de l’écotechnologie (coopération avec la Nature), il voua sa vie à démontrer combien la désacralisation de notre environnement procède de notre ignorance totale de la manière dont la Nature opère sur le plan énergétique. Sa conviction était que l’humanité doit commencer, avec humilité, à étudier ce que la Nature enseigne au lieu d’essayer de la corriger. Il possédait une approche globale de la Nature. Le désir de Schauberger était de contribuer à la guérison de la Terre et à la restauration de la Nature.  Comme ses contemporains Nikola Tesla et Wilhelm Reich, Schauberger était bien en avance sur son temps par sa conception du juste rapport entre le Chercheur et la Nature ; il fut l’inventeur du biomimétisme.

En dépit, ou peut-être en raison de sa scolarité interrompue, Schauberger conserva une grande soif de connaissance. Sa femme considérait comme familialement gênante sa tendance à veiller toute la nuit, absorbé dans l’étude d’ouvrages divers, notamment les plus ésotériques. Il était attiré par tous les sujets. En témoigne le fait que, souvent, il semblait rédiger dans un état évoquant la transe, avant de retrouver une conscience normale, bien surpris de ce qu’il venait d’écrire. La Nature produit les génies en les conseillant… En raison du déterminisme scientifique dominant, les modes de connaissance plus intuitifs sont considérés comme suspects, mais on assiste, dans toutes les couches sociales, au réveil d’individualités qui, désirant communiquer avec leur intuition, ont le sentiment que le rationalisme est en fait la Grande Illusion.

Garde forestier de métier, naturaliste et inventeur, Schauberger conçut une écologie en symbiose avec la nature bien avant la démarche contemporaine. Dès son plus jeune âge, il a refusé de participer à l’éducation traditionnelle et a préféré passer son temps dans les bois, où il a fait beaucoup de découvertes révolutionnaires en observant principalement l’eau, en qui il voyait, non seulement le support de toute vie, mais également celui de l’ensemble de la conscience terrestre. Il est aussi un des pères de la recherche hydraulique. Par l’observation des mouvements des poissons dans les torrents, mouvements qui défient les lois de la pesanteur, il alla jusqu’à calquer les principes physiques mis en jeu, en réalisant des prototypes de moteurs à implosion ne consommant aucun carburant. L’énergie libre !

Considéré comme le ‘magicien de l’eau’, son premier grand succès date de 1922, quand il a réussi à conduire des troncs d’arbres à partir de forêts de haute altitude dans la vallée sur des ‘glissades’ d’eau construites de façon innovante. Il était actif dans le domaine de la restauration des voies navigables ; ainsi sur la base des découvertes de Schauberger, plusieurs rivières en Autriche dans lesquelles l’eau avait un effet destructeur ont été récemment restaurées. Il apprit à réguler les cours d’eau en observant les torrents de montagnes et il inventa des dispositifs pour éviter les crus.

Il a reçu un prix pour s